Découvrir les deux facettes du royaume des cieux

A l'image de des pièces de monnaie, il y a plusieurs vérités dans la parole de Dieu qui ont deux faces. Au travers de ce partage, Johan Benouala nous invite à découvrir les deux facettes de l'une de ces vérités bibliques concernant le royaume des cieux.

Nous commençons par une lecture dans le passage des béatitudes dans Matthieu 5:1-12:

"Voyant la foule, Jésus monta sur la montagne; et, après qu'il se fut assis, ses disciples s'approchèrent de lui. Puis, ayant ouvert la bouche, il les enseigna, et dit: Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux! Heureux les affligés, car ils seront consolés! Heureux les débonnaires, car ils hériteront la terre! Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés! Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde! Heureux ceux qui ont le coeur pur, car ils verront Dieu! Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu! Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux! Heureux serez-vous, lorsqu'on vous outragera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous."

Déterminer ce qu'est réellement le royaume de Dieu est une chose difficile. Un théologien a d'ailleurs expliqué à ce sujet que "Le royaume de Dieu comprend deux grands moments : son entrée dans l'histoire et sa consommation dans l'histoire."

Nous savons que lorsque Jésus était sur terre, le règne de Dieu était également sur terre, mais le royaume de Dieu est également synonyme de salut (pour référence, Jésus et le jeune homme riche/entretien avec Nicodème). Le royaume de Dieu est la paix et la joie par le Saint Esprit (Paul).

Dans le passage lu dans Matthieu 5, nous constatons que tout est écrit au futur afin d'indiquer que le meilleur est à venir. Le temps présent des versets 3 et 4 nous met toutefois en garde quant à une application strictement "future".

Le royaume des cieux est une réalité déjà présente en nous.

Dans le serment sur la montagne, les exigences de Jésus sont difficiles, voire décourageantes pour beaucoup. Or, pour entrer dans le royaume de Dieu, il faut commencer par admettre que nous ne pouvons nous conformer à ces exigences par nous mêmes.

Le royaume de Dieu est une oeuvre dynamique au dedans de nous.

Dieu nous rend capable de nous conformer à Ses exigences car Il nous donne cette capacité. Si Jésus exige quelque chose de ses sujets, c'est qu'il sait qu'il peut nous donner la capacité de l'accomplir.

De manière pratique, il est important de marcher comme Jésus nous invite à le faire et à mettre en application sa pratique.

Une autre facette de cette réalité est que le royaume des cieux attend encore sa pleine manifestation.

Dans l'Evangile de Matthieu, les temps de la fin sont largement évoqués. Les paraboles des 10 vierges, etc., expliquent que le royaume des cieux n'est pas encore pleinement accompli. Cette vérité a une réalité aujourd'hui, ce n'est que dans notre vie de tous les jours le royaume des cieux n'est pas encore accompli.

Notre vie est marquée par l'inachevé et l'imperfection, mais nous devons simplement tendre à la perfection et tenter d'imiter notre modèle de vie qui est Jésus-Christ.

Notre sanctification n'est pas totale car nous devons constamment faire des progrès. Ce n'est pas une excuse pour faire le mal, seulement nous devons confesser notre péché et ainsi nous relever lorsque nous tombons.

Le chrétien vit la "tension" de ces deux réalités, à savoir, que le royaume vit à la fois en lui mais qu'il n'est pas encore accompli, et ce avec toutes les frustrations que cela peut engendrer car il aspire à la plénitude et à la paix. Cela implique donc que nous devons toujours tendre à appliquer les attentes de Jésus et nous conformer à sa parole. La vie chrétienne doit alors être vécue dans la perspective du royaume de Dieu qui vient.